Lolita Séchan, nous parle de l’enfance de sa mère.

Pour raconter l’enfance de sa mère, Dominique Quilichini, Lolita Séchan fille de renaud a dessiné une frise. « Je l’ai réalisée à partir de ses souvenirs. Les dessins sont un peu flous, mais c’est voulu. ».

Lolita Séchan… les plus attentifs se rappelleront qu’elle est la fille du chanteur Renaud. Le tube “Morgane de toi” lui était dédié…
Aujourd’hui Lolita, née en 1980, fait une carrière remarquée et son exposition va retenir l’attention. A découvrir.

Le récit d’un flirt avec Jacques Dutronc

Lolita Séchan a voulu ramener sa maman sur à l’endroit de son enfance, pendant qu’elle réalisait le projet. « Mais on est tombé en panne, on a jamais pu y arriver ! D’où le nom de l’expo : Nous n’irons pas à Saint-Gratien », raconte Lola la jeune femme de 39 ans.

lolita sechan
La carte Saint-Gratien, dessiné par Lolita Séchan./LP/V.T.  

La frise raconte d’abord le chemin que sa mère prenait pour se rendre à l’école. Ce moulin « où elle jouait », puis cette côte qu’il fallait monter. Lolita Séchan a ensuite représenté le lycée. À côté, une librairie où Dominique Quilichini a rencontré… Jacques Dutronc, alors jeune musicien qui réalisait une dédicace. « Ils ont flirté ensemble », sourit l’artiste.

Une envie de sortir de l’ombre de Renaud

Ce travail intimiste, vient compléter l’œuvre de Lolita Séchan. Autodidacte, elle avait avec « Les brumes de Sapa » réalisé un roman graphique quasi autobiographique, sur les thèmes de l’émancipation vis-à-vis de ses parents. Ses autres ouvrages pour enfants avec les taupes parlent aussi de la famille. « C’est une obsession. La famille, ce sont nos racines, ce qui nous construit, argumente-t-elle. Cette expo, c’est aussi pour rendre hommage à ma mère, tenter de la remettre dans la lumière. Car elle a vécu quarante ans dans l’ombre de mon père. »

Lolita-Sechan-renaud

Elle qui « aime sa liberté ne pas avoir de patron », a accepté sa première commande après une demande la commissaire d’exposition, Carine Roma-Clément. « Au début, je n’étais pas très partante. C’est en parlant à ma mère qu’elle m’a dit qu’elle avait grandi ici. Là, cela a pris tout son sens », confie Lolita Séchan.