Des scientifiques ont découvert que la mémoire pouvait être transmise à travers les générations dans nos gènes.

dna2-e1391648749304
Partages
partager sur twitter

Twitter


Des scientifiques ont découvert que la mémoire pouvait être transmise à travers les générations dans nos gènes.

Une nouvelle étude de la faculté de médecine de l’Université d’Emory, à Atlanta, prouve que certaines informations pouvaient être biologiquement héréditaires grâce à des modifications chimiques qui se produisent dans l’ADN. Pendant les tests ils ont appris que les souris pouvaient transmettre des informations apprises lors d’expériences traumatisantes ou stressantes dans ce cas la peur de l’odeur de la fleur de cerisier aux générations suivantes.

Selon The Telegraph, le Dr. Brian Dias, du département de psychiatrie à l’Université d’Emory, a déclaré :

« D’un point de vue translationnel, nos résultats nous permettent d’apprécier la manière dont les expériences d’un parent, avant même d’avoir conçu la progéniture, influencent considérablement la structure et la fonction du système nerveux des générations futures.
« Un tel phénomène pourrait contribuer à l’étiologie et à une potentielle transmission intergénérationnelle de risques de troubles neuropsychiatriques tels que les phobies, l’anxiété et le trouble de stress post-traumatique. »

Cela laisse supposer que les expériences sont en quelque sorte transférées du cerveau au génome, leur permettant ainsi d’être transmises aux générations futures.
Les chercheurs espèrent maintenant approfondir leur travail afin de comprendre comment l’information vient à être stockée sur l’ADN en premier lieu.

registros-akasicos

Le Professeur Marcus Pembrey, généticien pédiatrique au University College London, a déclaré que le travail avait fourni « des preuves irréfutables » à propos de la transmission biologique de la mémoire.

Il a ajouté : « Il traite la peur constitutionnelle qui est très pertinente pour les phobies, l’anxiété et les troubles de stress post-traumatique ainsi que le sujet controversé de la transmission de la «mémoire» de l’expérience des ancêtres à travers les générations.
« Il est grand temps que des chercheurs en santé publique prennent au sérieux les réponses transgénérationnelles humaines. »
« Je pense que nous ne comprendrons pas l’augmentation des troubles neuropsychiatriques ou l’obésité, le diabète et les perturbations métaboliques de manière si nous n’adoptons pas une approche multigénérationnelle. »

Le Professeur Wold Reik, chef de l’épigénétique à l’Institut Babraham de Cambridge, a déclaré qu’un travail plus approfondi était nécessaire avant que de tels résultats soient appliqués aux êtres humains.

Il a déclaré : « ces types de résultats sont encourageants car ils montrent que l’hérédité transgénérationnelle existe et est médiatisée par l’épigénétique mais une étude mécaniste plus attentive sur les animaux comme modèles est nécessaire avant d’extrapoler ces résultats aux humains ».
L’original journal article qui a publié dans le prestigieux journal Nature conclut : « nos résultats fournissent un cadre pour aborder la façon dont l’information environnementale peut être héréditaire transgénérationnellement au niveau comportemental, neuroanatomique et épigénétique. »

Notre ADN pourrait-il être porteur de souvenirs mystiques et spirituels transmis dans les gènes par les expériences de nos ancêtres ? Est-ce que quelque chose comme l’évolution spirituelle s’encre dans la séquence génétique et se reporte dans la génération suivante ? Nous avons désormais un cadre scientifique pour répondre à ces questions.

Video en anglais:

A voir aussi : Voici pourquoi vous devez convertir votre musique en 432 HZ





Commentaires

commentaires