L’extrait d’ oignon ralentit la croissance du cancer du côlon aussi efficacement qu’un médicament de chimiothérapie

L’extrait d’ oignon ralentit la croissance
Partages
partager sur twitter

Twitter

Des chercheurs viennent juste de découvrir que les flavonoïdes extraits des oignons jaunes ralentissaient le taux de croissance du cancer du côlon chez les souris aussi efficacement qu’un médicament de chimiothérapie.

Et alors que les souris ont vu leur cholestérol LDL monter avec la chimio (effet secondaire possible du médicament), avec l’extrait d’oignon elles ont vu leur niveau de LDL baisser.Les flavonoïdes contenus dans les oignons ralentissent la croissance tumorale du côlon de 67% in vivo Dans cette étude, les chercheurs ont donné trois doses de flavonoïdes extraits de l’oignon, un médicament de chimiothérapie oral, un sérum physiologique (comme contrôle) aux souris, avec un régime riche en graisses.

Le régime riche en graisse a été utilisé pour provoquer un taux élevé de graisses dans le sang et du cholestérol (hyperlipidémie) , étant donné que c’est un facteur de risque majeur de cancer du côlon, et de nombreux patients atteints du cancer du côlon on cette condition.

La dose la plus élevé d’extrait d’oignon a ralenti la croissance des tumeurs du côlon de 67% par rapport au contrôle trois semaines après. Avec la chimio les souris ont vu la croissance de leur cancer ralentir légèrement plus, mais aucune différence statistiquement significative par rapport à la dose d’extrait d’oignon très élevée. Cependant il y a eu une grande différence dans les effets secondaires ressentis par les souris.

Flavonoïdes : des avantages importants sans les effets secondaires

Les médicaments de chimio sont connus pour causer des effets secondaires grave, et le médicament utilisé dans cette étude ne fait pas exception : il y a plus de 100 effets secondaires possibles, y compris le coma, une cécité temporaire, la perte de la parole, des convulsions, la paralysie et l’effondrement.

Il est également connu que le médicament de chimiothérapie peut induire l’hyperlipidémie (taux élevé de cholestérol et / ou triglycérides) chez l’homme, et c’est exactement ce qui s’est passé avec les souris : leur taux de cholestérol LDL moyen a augmenté de manière significative. Sans surprise, l’extrait d’oignon a fait l’effet inverse et a réduit considérablement les niveaux de LDL des souris.

Plus impressionnant encore, les souris qui ont eu de l’extrait d’oignon ont eu un taux de cholestérol et d’apolipoprotéine B bien plus faible (jusqu’à 60% de moins pour chacun) que les contrôles sur le régime riche en graisses. Rien de tout cela n’est surprenant. Les oignons sont connus pour avoir la capacité à diminuer les graisses dans le sang et dans un récent essai contrôlé contre placebo, l’extrait de peau d’oignon a réduit considérablement la taux de cholestérol total, le cholestérol LDL, et l’indice athérogènes chez les jeunes femmes en pleine santé après seulement deux semaines.

Mais de combien d’oignons avons-nous besoin pour avoir un effet bénéfique contre le cancer ? Malheureusement, les auteurs de l’étude sur les souris n’ont pas révélé quelle quantité d’extrait d’oignon avait été utilisée. Cependant, une étude récente menée en Europe donne quelques indices concernant le dosage d’oignons qui pourrait avoir un effet anticancéreux significatif.

L’oignon combat plusieurs cancers, à la bonne dose

L’ail, le poireau, la ciboulette, les échalotes, les oignons et oignons verts (qui sont seulement les jeunes oignons), font tous partie de la famille des liliacées. Des études précédentes ont montré qu’ils protégeaient contre de multiples cancers, mais, les oignons apparaissent souvent comme le plus puissant, tout simplement parce que nous en mangeons plus.

Une étude récente de la Suisse et de l’Italie a mis en évidence le fait que nous en ayons vraiment besoin. Manger jusqu’à sept portions d’oignon par semaine a surtout des effets minimes.

Cependant, le fait de manger plus de sept portions par semaine (une portion = 80 grammes) réduit de façon significative les risques des cancers suivants:

  • Bouche et pharynx: -84%
  • Larynx: -83%
  • Ovaire: -73%
  • Prostate: -71%
  • Gros intestin: -56%
  • Rein: -38%
  • Sein: -25%


Toutes ces baisses de risques avaient une signification statistique, sauf pour le cancer du sein, qui était à la limite (P = 0,08). Une fois de plus, nous voyons que l’ensemble ses aliments sains que nous consommons couramment peuvent avoir un impact majeur sur notre santé et le risque de cancer, si nous en mangeons assez. Peut-être que la nourriture est vraiment la meilleure médecine.

Sources: http://www.ncbi.nlm.nih.gov & http://science.naturalnews.com





Commentaires

commentaires