L’endométriose, une maladie méconnue qui touche 1 femme sur 10

L’endométriose, une maladie méconnue qui touche 1 femme sur 10

100_endométriose5

100_endométriose2

100_endométriose3
[wp_ad_camp_10]
Le 13 mars est la journée mondiale contre l’endométriose.

Il s’agit d’une maladie chronique à l’origine inconnue causée par la colonisation de tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus et provoque des lésions, des adhérences et des kystes. Cette colonisation a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine mais peut s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

Elle provoque de fortes douleurs en période de règles mais également des douleurs pendant les rapports sexuels, des difficultés à uriner, des douleurs lombaires ou abdominales. Il ne s’agit pas d’une maladie rare puisqu’elle touche une femme sur dix et constitue la première cause d’infertilité féminine. Elle reste pourtant étrangement méconnue puisque son diagnostic n’est posé en moyenne qu’au bout de 7 ans. Il est donc important d’informer sur cette maladie, même sur un blog de dessin de presse tenu par un homme.À l’occasion de cette journée, une marche a lieu dans plus de 45 capitales du monde avec, pour objectif, d’informer sur la maladie,  de demander une meilleure reconnaissance et une meilleure prise en charge. (Le site de la marche : http://www.millionwomenmarch2014.org/).
La médecine actuelle ne propose pas de vrai remède contre l’endométriose. Le traitement passe généralement par des ménopauses artificielles, des opérations lourdes et invasives, ou l’hystérectomie, souvent dernier recours.