l’appel contre le sexisme dans les médias « Prenons la Une »

Prenons-la-Une-l-appel-contre-le-sexisme-dans-les-medias_visuel_article2
Partages
partager sur twitter

Twitter

© Delphine Ghosarossian – FTV France 5



« Nous, femmes journalistes, dénonçons la trop grande invisibilité des femmes dans les médias. »

Dans un appel publié ce lundi et signé par plus de 250 journalistes, le collectif « Prenons la Une » exprime son ras-le-bol. Sous-représentation des femmes parmi les experts (18%), clichés sexistes (on pense aux récents commentaires de Philippe Candeloro durant les JO de Sotchi) ou encore plafond de verre persistant (plus de 7 directeurs de rédaction sur 10 sont des hommes) : dans la sphère médiatique, l’égalité est loin d’être atteinte. « J’ai vu des chiffres qui montrent que si on laisse faire, on atteindrait la parité dans les médias en 2040. Et si on le faisait avant ? On veut accélérer le mouvement », nous explique Claire Alet, journaliste à « Alternatives économiques » et porte-parole du collectif.

« On espère participer à une plus grande prise de conscience »

Pour endiguer ce sexisme médiatique, le collectif Prenons la Une, créé fin 2013, propose plusieurs solutions. « Nous appelons nos consœurs et confrères à constituer et diffuser dans leur rédaction une base de données d’expertes pour diversifier les sources et les rendre paritaires, comme la BBC le fait déjà », explique l’appel. « Nous voulons briser ce cercle vicieux qui dit qu’on n’invite pas de femmes parce qu’il n’y en a pas. On veut créer un cercle vertueux pour donner une image plus réelle de la société », nous assure également Claire Alet.

Les signataires veulent aussi que le CSA adopte « un objectif chiffré de 50 % d’expertes à l’antenne et sur les plateaux de télévision » et demandent l’application de la législation sur l’égalité professionnelle dans les médias.
« On espère participer à une plus grande prise de conscience sur la place des femmes dans les médias », insiste la porte-parole. A terme, le collectif veut avoir un rôle de vigie. Traquer les propos sexistes, mais aussi se réjouir quand la parité progresse : c’est l’objectif, ambitieux, de ce nouveau mouvement.





Commentaires

commentaires