C’est confirmé : vivre au bord de la mer / océan / lac, diminue le stress et prolonge la durée de vie : qu’attendez-vous pour déménager ?

Une corrélation existe bel et bien entre votre environnement et votre bien-être. Presque tout le monde est d’accord là-dessus : après une balade sur la plage, une sensation de sérénité apparaît. L’eau nous fait nous sentir bien !

Une équipe de chercheurs a décidé de travailler sur ces ressentis communs en réalisant une série de tests et d’analyses scientifiques dans le but de comprendre les mécanismes physiques et psychologiques mis en jeu. Le rapport vient d’être publié dans la revue Health & Place.

@Pinterest

Depuis toujours, que ce soit dans l’art, la médecine ou la religion, la nature est une ressource inépuisable. Sa beauté et sa puissance sont ancrées dans notre inconscient collectif. Elle offre ses vertus mais jamais ne se dompte.

Cet intérêt est repris actuellement par les scientifiques, notamment avec les espaces « bleus » et « verts ».

Il y a quelques semaines, des chercheurs ont démontré à la suite d’une étude sur l’urbanisation que les femmes qui vivent proche d’un espace boisé ou de toute autre végétation augmentent leur espérance de vie. Trois raisons sont mises en avant par les auteurs de l’étude sur le fait que la proximité avec les espaces verts améliore la santé, la facilité à : pratiquer une activité physique, se sociabiliser, diminuer le stress.

C’est au tour des espaces « bleus » d’être passés au crible. L’hypothèse de départ était sensiblement la même que pour les espaces verts, c’est-à- dire qu’il existe bien un potentiel de réduction du stress.

@Vogue

Leur étude a été effectuée en Nouvelle-Zélande, à Wellington, la capitale. Les scientifiques ont accumulé des informations topographies des bases de données nationales, des cartographies des zones boisées, des parcs, et côtes qui seraient visibles aux résidents. En s’aidant de l’enquête sur la santé de Nouvelle-Zélande (NZHS), ils ont repris la série de questions liées à la santé, au style de vie, à la catégorie socio professionnelle, aux maladies et au bien-être. L’échantillon qu’ils ont créé comptait 442 habitants de Wellington.

Après une étude croisée et une analyse des données récoltées, les résultats correspondaient aux hypothèses de départ. Les prévisions étaient donc vraies. Une surprise a cependant été découverte : « La vue d’un espace bleu est significativement associée à des niveaux inférieurs de détresse psychologique », d’après Ambre L. Pearson de l’Université d’État du Michigan Géographe de santé. Il précise qu’ils n’ont pas trouvé ça avec les espaces verts. Les conclusions ont été contrôlées avec des variables comme le genre, la richesse et le taux de criminalité. Le résultat reste le même.

Conclusion : voir de l’eau est associé à un meilleur bien-être, une santé mentale plus sereine pour tout le monde.

C’est pour quand le déménagement ?

source : demotivateur