5 études pour démontrer que l’ amour est un remède

L’ amour est-il un médicament miraculeux ?

 

Des études suggèrent que l’ amour est bénéfique pour la santé, il aide à stimuler notre système immunitaire et calmer notre rythme cardiaque.

1-L’ amour et les bonnes hormones

 

Une étude menée à l’Université de Stanford en 2010, intitulée Visualisation des photos d’un partenaire d’ amour Réduit la douleur, les chercheurs ont constaté que lorsque les participants ont vus des photos de personnes qu’ils aimaient profondément, ils avaient des niveaux plus élevés de dopamine (bien-être de la chimie du cerveau).
Le neuropsychologue Dr David Lewis, auteur de Impulse: pourquoi nous faisons ce que nous faisons sans savoir pourquoi nous le faisons (Random House) a dit : «Quand quelqu’un a un sentiment d’ amour, le cerveau libère des endorphines, qui donnent aux gens un sentiment d’euphorie.
La dopamine est associée à l’optimisme, l’énergie et à un sentiment de bien-être. Quand vous vous sentez bien dans votre peau et quand vous êtes optimiste, vous êtes moins susceptible de faire des choses qui sont autodestructrice comme boire trop d’alcool ou fumer. Être amoureux agit presque comme une protection contre les mauvaises choses dans la vie.
Il ajoute que le mot santé est un sentiment de plénitude. «C’est un état de bien-être physique, mental et social. Lorsque vous vous sentez bien, vous vous sentez en mesure de relever les défis et les contraintes. Si votre sentiment de bien-être est endommagé, vous trouverez des difficultés à affronter la vie».

2-Les étreintes pourraient éloigner la dépression

 

Dans une étude menée à San Diego, chez des sujets ils ont mesuré les niveaux d’ocytocine avant et après les étreintes. L’ amour vient dans toutes les formes et tailles, mais une simple étreinte de quelqu’un que vous aimez pourrait être suffisante pour égayer votre humeur.
Il s’agit d’un essai clinique en cours à l’Université de Californie, San Diego, par le Dr Kai MacDonald, il consiste à étudier si l’ocytocine, l’hormone du cerveau libéré par touches, étreintes, pourraient être bénéfique pour les patients souffrant de dépression.
La recherche de San Diego a pris en considération s’il existe des facteurs génétiques qui prédisposent les gens à avoir plus ou moins d’ocytocine. Les sujets sont testés avant et après qu’ils ont embrassés des gens qu’ils aimaient pour voir si les niveaux d’ocytocine dans le sang a augmenté.

index

3-Les relations pourraient vous faire vivre plus longtemps

 

« Le mariage et les autres formes de partenariat peuvent être placés le long d’une échelle mobile d’engagement, un grand engagement est lié à de plus grands avantages pour la santé», explique le Dr John Gallacher, l’un des auteurs d’un rapport de l’Université de Cardiff en 2011, intitulé: Les relations sont elles bonnes pour votre santé? L’essentiel est que le risque de mortalité est réduit si vous êtes marié, dit Gallacher. Leur recherche a constaté que, dans l’ensemble, il y avait un impact sur la santé physique et mentale quand vous êtes engagés dans une relation.
En particulier, l’étude portant sur les relations sociales et le risque de mortalité a constaté qu’être marié peut vous aider à vivre plus longtemps.
Les auteurs ont constaté que «les bienfaits pour la santé physique et mentale semblent s’accumuler au fil du temps» et ont conclu que «être stable à long terme ainsi que des relations exclusives, conduisent à un mode de vie sains et à une meilleure santé émotionnelle et physique ».

 

4-Une mauvaise relation vous rend malade

 

Être dans une mauvaise relation peut affaiblir votre système immunitaire et ralentir votre processus de guérison, selon des études menées par des chercheurs de l’Ohio State University en 2005.
Le couple Janice Kiecolt-Glaser et Ronald Glaser a suivi l’effet de la relation sur le système immunitaire pendant des décennies. Ils ont constaté que les problèmes entre personnes mariées étaient liés à un affaiblissement de leurs réponses immunitaires mesurées par l’inflammation. Si une relation est systématiquement hostile, ça peut retarder la guérison.
«L’inflammation chronique est liée à tellement de conditions, tels que les maladies coronariennes, le diabète de type 2, l’arthrite et la maladie d’Alzheimer, ainsi que la fragilité et le déclin fonctionnel qui peut accompagner le vieillissement», dit-Kiecolt Glaser.
Dans une étude en 2005, les participants ont été équipés d’un dispositif d’aspiration qui a créé une petite ampoule sur leur bras. Il a été demandé à chaque conjoint de parler d’un point de désaccord, dit-elle. «Les blessures des couples hostiles ont été cicatrisées à seulement 60 pour cent par apport aux couples considérés comme ayant un faible niveau d’hostilité. »

  amour2

5-L’ amour peut aider à réduire le stress

 
[wp_ad_camp_10]

Si vous sentez votre cœur battre très rapidement, il suffit de penser à un être cher pour réduire votre niveau de stress.
La variabilité de la fréquence cardiaque (VFC), mesure l’écart de temps entre vos battements de cœur, dit Jay Brewer, chef de la physiologie au Nuffield Health. La variation de battements cardiaques peut nous dire comment le corps réagit face à des contraintes émotionnelles. Un certain niveau de stress est bon car il nous incite à la vigilance optimale. Cependant, le stress constant peut avoir un impact négatif sur le corps et le mental.
Selon Brewer, la recherche suggère que lorsque nous sommes stressés, nos battements de cœur sont métronomique, comme le tic-tac d’une horloge. Mais lorsque nous sommes détendus, les battements cardiaques peuvent être plus erratique.
Une étude publiée dans l’American Journal of Cardiology en 1995 a constaté que en se concentrant sur des pensées positives tels que l’appréciation et l’amour pour un objet, un lieu ou une personne augmente instantanément la VFC. «Les sentiments de colère, même brièvement, ont un effet inversés, dit Brewer.
Brewer dit qu’un niveau élevé de VFC réduit la pression artérielle et améliore le système immunitaire et la digestion. Les faibles niveaux de VFC se traduisent par des niveaux plus élevés d’adrénaline et de cortisol, pour nous faire préparer à prendre une réaction de lutte ou de fuite», dit Brewer.
Cet situation nous encourage à se tourner vers les sucres, les aliments gras et entraine des troubles de sommeil et de surpoids. Dans de courtes périodes, ces hormones sont bénéfiques mais s’ils restent élevés, ils perturbent la glycémie, les niveaux d’énergie, la concentration mentale et l’humeur.

 

Il ajoute que les scénarios de l’étude n’ont pris que cinq minutes pour avoir une influence positive. «Alors vous pouvez imaginer l’impact énorme sur une longue période, dit-il.

 

Et vous, y a t il une expérience que vous voudrez partager avec nous à propos de l’effet de l’ amour sur la santé ? Laissez un commentaire et partagez votre expérience.

 

Source

 http://metro.co.uk/2014/02/13/five-scientific-studies-that-show-love-really-is-a-wonder-drug-4301331/